L’intime en trompe l’œil. Les photos d’Alix, Jean Eustache (1980) - Archive ouverte HAL Access content directly
Book Sections Year : 2018

L’intime en trompe l’œil. Les photos d’Alix, Jean Eustache (1980)

(1)
1

Abstract

Dans Les photos d’Alix (1980), Jean Eustache paraît filmer, analyse Frédérique Berthet, le présent éphémère d’une expérience qui se déroule sous nos yeux : une photographe – alors inconnue – commente ses propres tirages pour un jeune homme (le fils du cinéaste). Un visionnage répété du film ouvre pourtant sur une histoire à double fond, faite de multiples couches temporelles et du « supplément d’intimité » que suppose la photographie. Les clichés documentent, manifestement, la vie affective d’Alix Cléo Roubaud, ainsi que ses choix à la prise de vue et en laboratoire ; ils attestent, plus discrètement, de la compréhension intime, partagée par Jean Eustache et son modèle, de ce qu’est le « désir de parler d’une image ». Ainsi les relations d’intimité s’affichent-elles ici en «trompe-l’œil». La parole libre sur des amitiés et des amours devient le masque d’une intimité plus secrète, non verbalisée: cinéaste et photographe ont une manière semblable d’être en «relation au monde»; le montage le révèle par un « collapse temporel » qui permet d’installer le couple filmeur/filmé dans un au-delà de la mort. Frédérique Berthet se montre attentive aux gestes de création, au support qui les structure, à la surface qui les réfléchit, aux entrelacs (portrait/autoportrait) qu’ils appellent. Les travaux de Daniel Arasse, en particulier, étayent la position qui consiste à analyser les œuvres au cas par cas (histoire rapprochée de la peinture, du tableau au « détail ») et à prendre le temps de faire entrer le regard (et l’écoute, pour le cinéma) en phase avec chacune d’elles. L’expérience de la durée – et ici, les visionnages et écoutes répétées d’un court métrage – permet de refaire le parcours de celles et ceux qui se sont impliqués intimement dans le façonnage d’une œuvre. Cette expérience permet également d’éprouver la matérialité des différentes couches de temps qui séparent le passé de la production d’un film et le présent de son étude, et d’accueillir pleinement le geste d’une photographe et d’un cinéaste qui ont introjecté un désir de futur dans leur œuvre collaborative. Le texte s’appuie, outre le film, sur des archives, dont les fonds photographiques inédits d’Alix Cléo Roubaud déposés par Jacques Roubaud en 2014 dans six institutions en France et au Canada.
Not file

Dates and versions

hal-03907948 , version 1 (20-12-2022)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03907948 , version 1

Cite

Frédérique Berthet. L’intime en trompe l’œil. Les photos d’Alix, Jean Eustache (1980). oui. Le partage de l’intime. Histoire, esthétique, politique : cinéma, , p. 21-44, 2018, 978-2-7606-3929-4. ⟨hal-03907948⟩
0 View
0 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More