The Combined Effect of National Context and Gender on the (non) Language Transmission in Mixed Families in South Korea. - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Langage et Société Year : 2014

The Combined Effect of National Context and Gender on the (non) Language Transmission in Mixed Families in South Korea.

L'effet conjugué du contexte national et du genre sur la (non) transmission des langues dans les familles mixtes en Corée du Sud

(1, 2)
1
2

Abstract

Language transmission in mixed families in South Korea is related to two main factors: gender and national context. Gender inequality rooted in the society conditions marital practices and reproductive strategies. Korean women’s intermarriage is considered a threat to the symbolic order based on the ideology of "ethnic unity", while Korean men’s intermarriage is the object of political intervention to ensure the transmission of "national identity" associated with the Korean culture. In this social and political context, the marginalization and stigmatization suffered by Korean women married to foreigners is one of the parameters influencing the language transmission in their family. As for Korean men’s mixed families, using the Korean language is imposed by the South Korean government’s integration policy and therefore the foreign language spoken by their wives finds little place in the society. Based on interviews, journalistic and political discourse analysis, and quantitative data, this paper aims to clarify this double standard specific to South Korean society in order to show the influence of such a national context on language transmission in mixed families.
Le choix et la transmission des langues au sein des familles mixtes dans la société sud-coréenne se rapportent à une double condition : le genre et le contexte national. L’inégalité des sexes ancrée dans cette société conditionnant les pratiques matrimoniales et les stratégies de reproduction, le mariage mixte des femmes coréennes est considéré comme une menace à l’ordre symbolique fondé sur l’idéologie de l’« unicité ethnique », alors que celui des hommes coréens est l’objet d’intervention politique afin de garantir la transmission de l’« identité nationale » associée à la culture coréenne. Dans ce paysage social et politique, la marginalisation et la stigmatisation subies par les femmes coréennes mariées à un étranger, font partie des paramètres influençant le choix et la transmission des langues au sein de leur famille. Quant aux familles mixtes des hommes coréens, la pratique de la langue coréenne est imposée par les politiques d’intégration du gouvernement, et, de ce fait, la langue étrangère pratiquée par leur femme trouve très peu de place dans cette société. En s’appuyant sur des entretiens, une analyse des discours journalistiques et politiques, et des données quantitatives, cet article se propose d’éclaircir cette double condition propre à la société sud-coréenne, afin de montrer l’influence d’un tel contexte national sur le choix et la transmission des langues au sein de familles mixtes.
Not file

Dates and versions

hal-03278695 , version 1 (05-07-2021)

Identifiers

Cite

Kyung-Mi Kim. L'effet conjugué du contexte national et du genre sur la (non) transmission des langues dans les familles mixtes en Corée du Sud. Langage et Société, 2014, 147 (1), pp.51. ⟨10.3917/ls.147.0051⟩. ⟨hal-03278695⟩
32 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More